Beethoven 1770-1827

Symphonie n° 6 "Pastorale" op 68

Ecouter le 1° mouvement de la Pastorale en entier

 

Elle est rigoureusement contemporaine de la 5° symphonie.

La 1° audition de ces deux symphonies a eu lieu le 22 décembre 1808 au "Theater an der Wien" à Vienne.

A l'origine la numérotation de ces deux symphonies était inversé la 5° étant numérotée comme la 6° et la 6° comme la 5°. Plus tard Beethoven inversera la numérotation pour lui donner celle qu'on connaît aujourd'hui.

Elle est annoncée dans le programme de la manière suivante : "Pastoral symphonie : mehr Ansdruck der Empfindung als Malerei" (Symphonie Pastorale : plutôt expression de sentiments que peinture), soulignant dès le départ les intentions de l'auteur.

La 1° publication a eu lieu en 1826 sous le titre : Symphonie Pastorale ou souvenir de la vie à la campagne.
 

Elle contient 5 mouvements qui portent des sous-titres :

1° mouvement : Allegro ma non troppo "Eveil d'impressions joyeuses en arrivant à la campagne".

2° mouvement : Andante molto mosso "Scène au bord du ruisseau"

3° mouvement : Allegro "Réunion joyeuse de paysans"

4° mouvement : Allegro " Orage, tempête"

5° mouvement : Chant des pâtres, sentiments de contentement et de reconnaissance après l'orage".

 

Les mouvements 3, 4 et 5 s'enchaînent n'en formant qu'un seul.

Par rapport au plan classique de la symphonie tel qu'utilisé par Haydn, la Pastorale ajoute un 5° mouvement, le 4° l'orage, qui est le plus purement descriptif.

Les autres sont de structure parfaitement traditionnelle et respectent la construction clasique d'une symphonie :

Le 1° mouvement est en forme-sonate

Le 2° mouvement est lui aussi en forme-sonate mais plus libre avec des variations

Le 3° mouvement est un scherzo avec trio

Le 5° mouvement (4° du plan classique) est un rondo avec des variations

 
Les sous-titres suggèrent un programme (données extra musicales sur lesquelles s'appuie la musique) donnant à la symphonie la forme d'une narration, les 5 mouvements se succèdent dans un ordre chronologique.

Beethoven a toujours insisté sur le caractère suggestif des sensations qu'il se propose d'exprimer et refuse toute interprétation picturale. Cette symphonie est expression de sentiments plutôt que peinture.

La Pastorale est un hymne à la nature. L'amour que Beethoven lui porte a toujours été vif et profond. Il passait chaque été dans les environs boisés de Vienne, dans de petits villages d'où il aimait partir pour de longues promenades.

Ce sentiment de la nature est proche de celui qu'exprime Jean Jacques Rousseau dans les "Confessions" ou le "Rêveries d'un promeneur solitaire". Comme Rousseau, Beethoven est un solitaire et un misanthrope pour qui la nature est un prétexte à s'enivrer de sentiments. Ils sont tous deux des sentimentaux et non des visuels.

 

Le 1° mouvement : Allegro ma non troppo

"Erwachen heiterer Empfindungen bei der Ankunft auf dem Landen"

"Eveil d'impressions agréables en arrivant à la campagne"

 

Dès le début on perçoit les caractères communs à tous les mouvements de la Pastorale (sauf l'Orage) : richesse mélodique, sérénité, sentiment de plénitude, absence de tension, répétitions incessantes de courts motifs qui donnent une impression de stabilité, d'immobilité et de paix profonde. Ces caractères traduisent la vie de la nature perpétuellement recommencée.

 

L'exposition

Il n'y a pas d'introduction lente.

 

Le thème A

En 3 parties en Fa Majeur
THA a : aux cordes. Il contient un motif (signalé ici a, b) qui va devenir omniprésent dans la suite du mouvement.

THA b

THA c : une mesure répétée 9 fois à l'identique. Premier exemple de ces répétitions incessantes. Bâtit sur le motif ab de THA a.

Ce thème A est ensuite présenté dans une forme plus achevée avec l'entrée des hautbois, puis des clarinettes et bassons, enfin du tutti d'orchestre.

 

La transition

Très courte, module de Fa Majeur à Do Majeur. Elle est construite sur THA a

 

Le thème B

Comme le thème A, il est lui aussi en 3 parties en Do Majeur.
THB 1 : 3 motifs a, b, c de 4 mesures que Beethoven utilise comme un jeu de construction.

Pendant que les violons jouent aabc, les violoncelles et contrebasses font entendre bcaa. Les vents interviennent ensuite de manière analogue, les 3 motifs étant entendus simultanément et successivement.

THB 1 a

THB 1 b

THB 1 c

THB 2 : dialogue entre les bois et les cordes avec alternance de deux figures mélodiques, la 1° étant dérivée du motif principal de THA a.
1° figure mélodique

2° figure mélodique

THB codetta : entièrement construite sur le motif de THA a

     

Le développement

Il est construit de manière très symétrique en 3 sections basées sur le motif central du THA a. Chacune des sections est précédée d'un rappel de THA a.

Remarquer les modulations à la tierce Majeure supérieure sur les longues tenues des bois et des violons avec les triolets de basses.

 

 

La réexposition

Elle est tout à fait régulière avec un simple ajout de triolets au début aux violons 1 pendant que le thème est joué par les violons 2 et altos

La coda

Même caractère que la réexposition et basée principalement sur THA a.

La codetta de THB y est longuement développée dans une variation en triolets.

La conclusion se fait sur 7 accords de tutti FF puis P.

 

 

Ecouter le 1° mouvement de la Pastorale en entier

 

Quelques références incontournables

A lire :

Guide illustré de la musique symphonique de Beethoven. Fayard "Les indispensables de la musique".

 

Sites web sur Beethoven

En français :

http://perso.wanadoo.fr/l.vanbeethoven/

En anglais :

http://w3.rz-berlin.mpg.de/cmp/beethoven.html

http://infopuq.uquebec.ca/~uss1010/catal/beethoven/beelv.html

http://www.unheardbeethoven.org/

En allemand :

http://www.beethoven.de/index.htm

etc, etc ...

Beethoven 1770-1827